partie 2 : Les races protégées par M-F

Poney indien

 
 
Un poney indien est un type de poney descendant des petites montures des Indiens d'Amérique. Aux États-Unis, le registre American Indian Pony recense ce type de poneys, descendant entre autres des Cayuse. Une autre souche est connue sous le nom de poney indien du lac La Croix. Ils peuvent être influencés ou non par le sang espagnol.
 
Ce poney a une grosse tête, comparément à sa taille.
 
 
 

 
 
Islandais
 
L'islandais est un cheval de selle de petite taille qui forme l'unique race chevaline originaire d'Islande. Ces animaux sont vraisemblablement les descendants directs des montures amenées en bateau par les Vikings lors de la colonisation de l'Islande. Les Islandais sont toujours restés très fiers de leurs chevaux qu'ils citent régulièrement dans leurs sagas. Les importations de chevaux sont interdites sur l'île depuis le xe siècle et de ce fait, l'islandais n'a pas subi de croisements depuis les années 900. Il resta très longtemps une race exclusive à l'île d'Islande et la sélection naturelle lui permit d'acquérir une grande résistance aux conditions climatiques en se contentant d'une nourriture pauvre.
 
L'islandais ne fut exporté que tardivement, au xxe siècle. Depuis, son succès en a fait une race représentée par des associations dans 19 pays, particulièrement en Europe de l'Ouest, en Scandinavie et en Amérique du Nord. Près de la moitié des chevaux islandais exportés se trouvent en Allemagne.
 
Les ancêtres du cheval islandais ont probablement été amenés en Islande par bateau grâce aux Vikings, entre 860 et 935, l'île n'ayant jamais eu de poney indigène.
 
Toutes les robes sont admises par le standard de la race ce qui fait que de nombreuses robes différentes peuvent être trouvées, telles que les classiques bai, bai sombre, noir, alezan ou gris. On trouve aussi des robes réputées plus rares chez le cheval ou particulières aux races primitives telles que l'isabelle, le souris, le palomino, le pie et le rouan. En langue islandaise, il existe plus de cent noms différents pour désigner les robes des chevaux du pays. L'islandais peut présenter les caractéristiques typiques des chevaux primitifs, telles les zébrures sur les membres et la raie de mulet.
 
 
L'islandais connaît cinq allures différentes, qui étaient courantes chez les chevaux européens avant les diverses sélections successives, et il est connu pour son pied sûr et son habileté sur les terrains difficiles. En plus des trois allures traditionnelles (pas, trot et canter/galop), l'islandais pratique deux allures supplémentaires. Bien que la plupart des experts considèrent le galop et le canter comme deux allures différentes en raison d'une petite variation dans la façon de poser les pieds, les registres d'élevage de l'islandais ne font pas la différenciation entre les deux.
 
Ce cheval peut traverser tous les types de paysages islandais sans encombre et sans chuter. Il est extrêmement rustique et vit généralement à l'extérieur toute l'année.
 
On considère que la race est peu farouche, probablement en raison de l'absence de prédateurs en Islande. Amical, docile, facile à prendre en main, enthousiaste et assuré, l'islandais peut se montrer doux et affectueux envers son cavalier, mais il est également très indépendant.L'une de ses caractéristiques reconnues est son excellent sens de l'orientation, résultat de sa vie en semi-liberté dans son pays natal. En principe, il retrouve toujours le chemin de son écurie.
 
Sa principale activité de prédilection est bien évidemment l'équitation islandaise, mais il est aussi bien pour le loisir, l'exterieur et le travail.
 
 
 

 
Jaca Navarra
 
 
La Jaca Navarra (en basque Nafarroako zaldiko), ou cheval navarrais, est une race de petit cheval de travail originaire de la communauté forale de Navarre, région autonome du nord de l'Espagne. Menacée de disparition au milieu du xxe siècle en raison de la motorisation, la race est désormais protégée, notamment grâce à la création d'un troupeau de référence à Sabaiza. Une association d'éleveurs a été formée en 1999 et un registre d'élevage ouvert en 2001. Deux ans plus tard, le danger d'extinction qui pèse sur la Jaca Navarra est reconnu à son tour.
 
De nos jours, la race est surtout élevée pour sa viande, dans sa région originelle. Grâce à sa conformation adaptée au marché, ce petit cheval bai très robuste, d'environ 1,30 m, s'élève de manière extensive à l'état semi-sauvage. La population est de quelques centaines d'individus, environ 900 chevaux en 2011.
 
 
Le troupeau de conservation et de référence qui vit à l'état semi-sauvage à Sabaiza est un bon exemple de la race Jaca Navarra. La robe est baie dans toutes ses nuances, sans marques blanches.
La Jaca Navarra est très rustique, et particulièrement adaptée aux biotopes de montagne. Elle est élevée de manière extensive toute l'année dans les hauteurs, forêts et prés communaux d'Espagne, ne bénéficiant d'un complément alimentaire que lors des hivers rigoureux. Les animaux n'ont de contacts avec l'homme qu'au sevrage des poulains ou pour se voir appliquer des soins tels que la vermifugation. Vigoureuse, la Jaca Navarra profite d'une bonne longévité et d'une fécondité importante, elle présente aussi un tempérament marqué.
 
Elle servait historiquement de cheval de travail, et de nos jours, la race est surtout élevée pour sa viande tout comme l'autre race équine de la Navarre, le cheval de Burguete. La production de viande est devenue son principal objectif d'élevage, de ce fait, la sélection s'oriente vers la recherche d'une morphologie adaptée à ce marché.
 
La race possède aussi un bon potentiel pour le travail de débardage en forêt, notamment grâce à son excellent sens de l'équilibre. Une expérience de croisement a été menée en 1992 par l'Instituto Técnico y de Gestión Ganadera de Navarra (Institut de gestion technique et d'élevage de Navarre), entre des juments Jaca Navarra et des étalons de race arabe. Elle a donné des animaux dociles à la morphologie de poney, aptes à la plupart des activités équestres. La Jaca Navarra sert sporadiquement de monture pour les enfants, de cheval de loisirs et de cheval de traction légère.
 
 
 

 
 
Java
 
Le Java est une race de poney originaire de l'île de Java, en Indonésie. On pense qu'il descend du cheval sauvage de Mongolie. Il y a huit races de chevaux originaires d'Indonésie, les autres sont le Batak, le Gayoe, le poney Deli, le poney de Bali, le poney de Sumba, (les poney Sandalwood et Timor).
 
Les poneys de Java ont une encolure courte et une tête un peu simple. Leur hauteur moyenne est d'environ 1,20 m. Ils se trouvent dans une grande variété de robes. La conformation de la race est bien adaptée au climat tropical de l'Indonésie.
 
L'apparence chétive de ce poney est due à son alimentation souvent déficiente. Il a une tête peu attrayante et de longues oreilles, des yeux expressifs. Son encolure est en général assez courte et très musclée, et son garrot est prononcé, les épaules assez inclinées, la poitrine profonde et large. Ils ont tendance à avoir un dos long et une croupe légèrement inclinée avec une attachée haut haut, sans doute due à leur ascendance arabe. Les jambes de cette race sont d'étrange conformation, mais étonnamment fortes. Ils ont les os fins et les articulations peu développées, leurs pieds sont durs. Le Java peut être de n'importe quelle robe.
 
Le poney Java est utilisé principalement en agriculture dans les zones rurales et pour le transport des passagers et des marchandises dans les villes
 
Aujourd'hui, le poney de Java n'est pas similaire de conformation à l'arabe, mais semble avoir hérité de l'arabe du désert sa très grande résistance à la chaleur. Il a également hérité de l'incroyable endurance et de la résistance des chevaux arabes, et en dépit de sa petite taille, il peut travailler sans relâche toute une journée sous la chaleur. L'un de ces emplois principaux est de tirer les taxis indonésiens. Ils sont souvent employés à la fois pour le transport des marchandises et des personnes, sont également très utiles en tant que poneys de bât et d'équitation, et sont utilisés pour les deux professions, sur l'île. Contrairement à d'autres races indonésien, ce poney est souvent équipé d'une selle en bois et d'étriers formés d'un morceau de corde avec une boucle. Les Java sont très disposés, calmes, et ils ont très bon tempérament.
 
 
 

 
 
Jutland
 
 
Le Jutland (danois : Den jyske hest) est une race de cheval de trait originaire du Danemark et tenant son nom de la péninsule de Jutland, à l'ouest du pays. De robe habituellement alezane, c'est un cheval compact et musclé réputé pour son calme et son bon tempérament.
 
Les images du ixe siècle montrent un cheval semblable au Jutland utilisé par les Vikings, dans ce qui est de nos jours la Grande-Bretagne. La première trace écrite sur la race remonte au xiie siècle, où ils semblent être très populaires comme chevaux de guerre. Des infusions de sang d'autres races ont lieu pendant le xviiie siècle, mais le développement du type moderne du Jutland n'a pas commencé avant 1850, avec de nombreux croisement, principalement des races de trait. 
 
Un registre d'élevage a été créé tardivement au xixe siècle, et la population de Jutland a atteint un maximum d'environ 15 000 têtes en 1950. Leur nombre a diminué par la suite, et en 2011, on estime qu'il reste seulement environ 1000 chevaux .
 
La race a été initialement développée pour une utilisation dans l'agriculture, mais est de plus en plus souvent vue dans les milieux urbains et en concours hippique. Quelques-uns des membres les plus connus de la race sont employés par la brasserie Carlsberg pour tirer les chariots de bière à Copenhague, lors de compétitions et de démonstrations.
 
Le Jutland est un cheval lourd et compact, avec de courtes jambes recouvertes de fanons abondants. La taille va de 1,52 m à 1,65 m, et son poids de 650 à 800 kg. Le profil de la tête est convexe, l'encolure est courte et arquée, le garrot peu sorti. La poitrine est large, l'épaule droite et la croupe légèrement inclinée. Dans l'ensemble, c'est une race compacte et musclée.
 
Sa robe est typiquement alezane avec des crins lavés, mais la race peut aussi être baie, grise, noire ou rouanne, fréquemment avec des marques blanches. Au début des années 1900 la majorité des chevaux étaient bais ou noirs, mais ces robes sont désormais en minorité car l'alezan est considéré comme la couleur nationale du Jutland, et un élevage sélectif a été entrepris pour en augmenter la fréquence.
 
Leur tempérament est calme et énergique, et ils sont considérés par les amateurs de la race comme des travailleurs volontaires.
 
À l'origine élevé exclusivement pour les travaux de la ferme7, le Jutland est peu employé à cet usage de nos jours, et se retrouve plutôt dans des shows de présentation et du travail en zone urbaine1. Bien qu'il soit de taille plutôt réduite pour un cheval de trait, le Jutland peut développer une grande puissance au travail, historiquement mise à profit pour la traction hippomobile et le transport de personnes ou de matériaux.
Aujourd'hui, il sert au loisir, nottament à l'attelage et l'éco-tourisme dans son pays.
 
 
 

 
 
Kaimanawa
 
 
Les chevaux Kaimanawa forment une population de chevaux sauvages en Nouvelle-Zélande, qui descendent de chevaux domestiques abandonnés par les habitants aux xixe siècle et xxe siècle. Leur vigueur et leur tempérament calme sont reconnus. Le gouvernement de Nouvelle-Zélande exerce un contrôle strict sur la population afin de protéger son habitat, qui inclut plusieurs espèces de plantes en voie de disparition. Les différents héritages donnent à cette population équine une vaste gamme de tailles, de modèles et de robes. Ils sont naturellement musclés, adroits et résistants.
 
Le Kaimanawa tient son nom des chaînes de montagnes situées au centre de l'Île du Nord, les Kaimanawa Ranges. Le nom signifie littéralement « mon souffle est ma nourriture » en maori.
 
Plusieurs caractéristiques du type Comet sont souvent attribués aux chevaux Kaimanawa, bien que l'apport de gènes diversifiés ait produit une vaste gamme de tailles, de modèles et de robes parmi les chevaux sauvages. La population Kaimanawa varie largement dans son apparence générale, avec des tailles s'étendant de 1,27 m à 1,52 m au garrot. Toutes les robes et toutes les marques sont reconnues. Ce sont des chevaux naturellement bien musclés. Leur mode de vie sauvage leur a donné la capacité de s'adapter rapidement et de se contenter de peu, ce qui en fait des chevaux robustes et au pied sûr. Ils ont une tête de taille moyenne bien proportionnée à leur corps, avec une large variété de formes liées aux différentes conformations de leurs ancêtres. Les chevaux Kaimanawa ont une encolure courte et profonde, une poitrine large, les épaules droites, un passage de sangle profond et un dos plutôt court. L'arrière-main est variable, allant de inclinée à arrondie. Les jambes sont longues et bien musclées, avec des sabots forts; les sabots des postérieurs sont généralement plus petits que ceux des antérieurs. Il est communément admis que tous les chevaux prennent un an au premier août, indépendamment de leur date réelle de naissance.
 
Une fois retiré de la vie sauvage, le Kaimanawa se révèle un cheval de selle polyvalent. Si son dressage nécessite patience et expertise, il offre ensuite de nombreuses possibilités d'utilisations en fonction de son modèle. Les chevaux de petite taille font de bonnes montures pour les enfants et les adolescents, alors que les plus grands sujets peuvent s'avérer d'excellents compétiteurs en saut d'obstacles, en complet et en dressage.
 
 
 
 

Poney de Kagoshima

 
Le poney de Kagoshima ou poney de Tokara est une race de poney japonaise, originaire des îles Tokara dans la préfecture de Kagoshima.
 
Bon petit poney de famille pour les enfants, une fois bien dresser.
 
 
 

 
 
Kabardin
 
 
Le kabardin ou kabarde est une race chevaline originaire du nord des montagnes du Caucase, en Russie.
 
Sa taille est de 1,48 m à 1,58 m en moyenne. La robe est généralement baie ou noire, parfois grise, très rarement alezane. La tête est en proportion du corps, avec un profil droit à convexe. Les oreilles sont pointues avec des pointes souvent tournées vers l'intérieur, et mobiles. Le corps est de longueur moyenne, bien musclé. La poitrine est assez profonde. La croupe est bien musclée. L'épaule est oblique. Les membres sont secs et bien formés (les jambes en forme de sabre ne sont pas jugées comme un défaut pour une race de montagne). Les sabots sont beaux, durs et corrects.
 
Il possède une très grande rusticité, tolère le grand froid mais aussi la chaleur, et se satisfait d'une alimentation pauvre. Très intelligent, courageux, son mental est très froid mais pourtant tonique, il ne sait pas faire d'écart (qualité acquise dans la haute montagne où faire un écart en cas de danger est souvent mortel). Endurant, il est souple et possède un très bon équilibre. Ces chevaux se développent tardivement et atteignent leur maturité vers 6 ans, mais ils vivent vieux et gardent la capacité de travailler et de se reproduire jusqu'à un âge avancé.
 
Ces chevaux obtiennent des résultats étonnants lors des grandes compétitions d'endurance, en regard du faible nombre de chevaux entraînés. Ce sont d'excellents chevaux de randonnée, porteurs bien que fins.
 
 
 

 
 
Karabakh
 
 
Le Karabakh ou Karabakhskaya en russe est une race chevaline de selle et de course originaire du Karabagh. Elle constitue la première et unique race chevaline reconnue par l'UNESCO comme patrimoine culturel de l'humanité.
 
L'influence du Pur-sang arabe se ressent dans le modèle car c'est un cheval de selle léger. Il mesure de 1,45 m à 1,55 m en moyenne, la robe est généralement alezane, baie ou grise avec parfois des marques blanches. Sa robe possède souvent des reflets dorés.
 
Les crins sont peu fournis mais brillants, la tête, petite et rectiligne au front large et aux naseaux évasés, montre le raffinement propre aux chevaux arabes. Les yeux sont expressifs, l'encolure, longue est forte, est arquée et portée assez haut. Le poitrail est profond, l'épaule longue, forte et un peu droite, le garrot saillant, le dos, de longueur moyenne, se termine par une croupe oblique et musclée. La queue est portée basse et peu fournie. Les membres sont minces mais solides et musclés, avec une bonne ossature. Les jointures sont propres et les tendons bien définis. Les pieds, bien formé, sont très sains et durs. Ce cheval n'est pas grand mais sa construction est propre et trapue.
 
Comme tous les chevaux de montagne, le Karabakh a le pied sûr. Il se montre franc, résistant, rapide, agile, intelligent, calme et volontaire.
 
Il est utilisé pour le jeu traditionnel tchogvan, où deux équipes de cinq cavaliers frappent une grosse balle avec un maillet2. C'est également un cheval de course. En 2004, Kishmish de goujon d’Agdam a couru les 1000 m en 1 min 9 s, et les 1600 m en 1 min 52 s.
 
 
La plupart des chevaux sont élevés dans la région de Sheki. Il reste en 2012 moins de 1 000 représentants de cette race.
 
 

 
 
 
Kathiawari
 
 
Le Kathiawari est une race de cheval d'Inde, issu de la région de Kathiawar. Très proche du Marwari, il est proche à la fois de ce dernier et du cheval arabe dont ils descendent. Le Kathawari est originellement élevé comme un cheval apte au combat dans le désert, capable de parcourir de longues distances en terrain varié avec une ration minimale. Ils existent de toutes robes sauf le noir, et sont fréquemment porteurs du gène dun, avec des marques primitives. L'élevage commence à diminuer à la suite de l'indépendance de l'Inde, et désormais la race reste très rare.
 
De monture de guerre pour la cavalerie, le Kathiawari est devenu le cheval de la police montée et une monture de tent pegging (en). La Kathiawari Horse Breeders' Association tient le registre d'élevage et organise les présentations annuelles de la race.
 
Les sujets de la meilleure qualité mesurent moins de 1,52 m, ceux qui dépassent cette taille sont trop fins et s'éloignent du type recherché chez la race. La race présente un profil concave, avec un front large et un museau court. L'encolure et le corps sont proportionnels et relativement courts, la tête et la queue sont portées haut. Bien qu'il soit correctement proportionné, de nombreux éleveurs occidentaux considèrent que cette race a un défaut dans les os des jambes. Toutefois, la boiterie est une caractéristique inhérente à la race.
 
L'un des traits les plus distinctifs chez la race est les oreilles, qui se courbent vers l'intérieur pour se toucher et parfois se chevauchent au niveau des pointes. Le Kathiawari a les oreilles plus recourbées que n'importe quelle autre race. À certaines périodes dans l'histoire de la race, les éleveurs se sont focalisés sur la préservation de ces oreilles recourbées, au détriment de certains autres qualités physiques, plus importantes.
 
Toutes les couleurs de robe sont possibles, à l'exception du noir. L'alezan est l'une des plus fréquentes, suivie du bai, du gris et des robes porteuses du gène dun. Bon nombre de représentants de la race portent des marques primitives, montrant une relation possible avec le Tarpan. Les robes pies existent, mais sont très rares.
 
Comme de nombreuses autres races du désert, le Kathiawari peut subsister avec un minimum de vivres et d'eau, et est plus résistant à la chaleur que les races originaires des pays froids. En plus des trois allures habituelles, les Kathiawari possèdent une sorte d'amble rompu appelé le revaal. Ils sont connus comme des chevaux fougueux, intelligents et affectueux.